Montage des directs, PFX & V.I.

Théorie et pratique du montage parole et son, et de la création sonore (sound design).
Exodius
-20 VU
-20 VU
Messages : 11
Inscription : 30 avr. 2015, 16:25

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Exodius »

Merci à toi Dorian
Avatar de l’utilisateur
pontail
L'équipe SDO
L'équipe SDO
Messages : 437
Inscription : 28 juin 2011, 19:40
Localisation : Paris, Texas
Contact :

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par pontail »

Merci Dorian, c'est intéressant de voir des Workflows différents.
Avatar de l’utilisateur
Dorian
Fondateur
Fondateur
Messages : 14363
Inscription : 17 juin 2003, 18:21
Localisation : Clamart
Contact :

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Dorian »

Encore une fois ce n'est pas une référence, mais juste le dernier template avec lequel j'ai bossé pour une série TV. En accord avec le mixeur. Il y a un an, il aurait été différent, et il le sera sûrement aussi dans un an.

En tout cas, n'hésitez pas à envoyer les vôtres aussi, ici même !


Sent from iBidule using Tapatalk
dasound
-2 VU
-2 VU
Messages : 932
Inscription : 29 mars 2005, 22:12

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par dasound »

Oui tout ça dépend vraiment du mixeur, de si on mixe avec une console ou une télécommande, si le mixeur a un routing special pour les HFs ou non, si c'est un mixage statique ou dynamique au Fader (pour les équilibres perche HF). Perso je change quasi à chaque fois. Ce qui est sûr et qui revient souvent c'est que pas mal de mixeur n'aime pas avoir trop d'écart sur la console entre la perche et les HF d'un meme plan. Et oui le HF ne change pas de couleur dans une même scène, mais ce qu'on veut en garder pour compléter la perche peu être trés différent. Dans ce cas l'organisation des HFs par valeur de plan a un sens. Je vais aussi envoyer mes différents templates.


Envoyé de mon iPhone à l'aide de Tapatalk
Benjamin Rosier - La Puce a l'Oreille
Avatar de l’utilisateur
GonZo_
-5 VU
-5 VU
Messages : 445
Inscription : 03 févr. 2013, 00:52

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par GonZo_ »

oups, je me suis trompé de poste.
Dernière modification par GonZo_ le 31 août 2016, 15:34, modifié 1 fois.
Animation lover, B-movie producer and Cereal Killer. Deal with it.
Avatar de l’utilisateur
Mageff
-20 VU
-20 VU
Messages : 54
Inscription : 17 déc. 2012, 11:58
Localisation : Paris

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Mageff »

Euh.. J'ai loupé un épisode ?


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk
Avatar de l’utilisateur
Mageff
-20 VU
-20 VU
Messages : 54
Inscription : 17 déc. 2012, 11:58
Localisation : Paris

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Mageff »

Hello tous,

Avant de déterrer un peu ce sujet, je profite de ce post pour vous souhaiter une très très bonne année 2022 !!

J'étais (encore) en train de me poser des questions sur la façon dont cohabite son direct et bruitages (et non SFX) dans un mix final (VF) puis dans la VI correspondante, en fonction des projets et de ce que permet le budget. Dans les questions que je me pose :
- Que garde-t-on dans les directs ? Et que l'on perd dans la VI...
- Que met-on comme son direct dans les bruitages ? (PFX comme disent les américains). Pour ainsi les garder dans la VI...
- Comment tout ça cohabite au mix ? etc...

Je me souvenais plus du tout que j'avais déjà plus ou moins lancer ce sujet il y a quelques années en parlant template et que Dorian avait déjà répondu à pas mal de mes questions, mais j'aimerai bien, si vous le souhaiter, avoir vos approches sur un cas concret.

Imaginons que nous avons une scène courte, un petite fille dans son lit se réveille en pleine nuit, va à la porte de sa chambre, écoute ce qui se passe, et retourne se coucher. Ici, pas de dialogue, juste des bruits de pas, présence, pyjama, etc...

Et imaginons 2 cas de figure :

- Le premier, court-métrage fauché pas de bruitages de prévu car pas le budget, mais la volonté d'avoir une VI exploitable au max. Comment gérez-vous ces prises directs ?
Est-ce que ça reste dans le stem des directs ? Mais dans ce cas, rien dans la VI...
Est-ce que vous mettez toute la prise sur des pistes PFX qui partent dans la VI ? Et rien dans le stem directs.
Est-ce que vous essayer de faire un peu de bruitage avec de la sonothèque ? Et que gardez-vous dans chaque stem et au mix de ce cas ? Car si chacun part dans son stem (directs et bruitages), il y aura un décalage entre VI et VF.

- Deuxième cas de figure, gros budget, bruitage etc...
Est-ce que vous garder du direct si tout est bruité ?
Qu'est-ce qui part en VI ? en VF ? (quoi dans quel stem en somme...)

Voilà, je sais pas si j'ai été bien clair... N'hésitez pas à me demander si ce n'est pas le cas.
Je me prends peut-être un peu la tête concernant un éventuel décalage de son entre la VI et la VF mais il me semble qu'il est important que ça corresponde au maximum. Le choix d'un bruit de pas peut raconter énormément de chose sur ce genre de séquence...

Merci d'avance et hâte de vous lire !
Excellente journée à tous.
Avatar de l’utilisateur
Rhodes
-10 VU
-10 VU
Messages : 147
Inscription : 06 mai 2020, 20:25
Localisation : Marseille

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Rhodes »

Hello ! Bonne année 2022 à toi également !

Alors je vais essayer de prendre dans l'ordre de ma pensée et de ton post :

D'abord, il ne faut pas oublier que la VI, ce n'est pas qu'un STEM, c'est un mix à part entière qui est réalisé en aval du mix Master à partir des éléments de celui-ci (du moins c'est ce que je vois être pratiqué, avec au moins un jour de mix après la première livraison des couchages pour s'occuper de la VI, comme pour le mastering TV/Blu-Ray d'une certaine manière).

En effet, prendre le DME et juste retirer le STEM de dialogues c'est un peu barbare pour faire une VI, et souvent (en tous cas c'est ce que j'ai pu observer) le STEM de VI va être là pour pallier ce qu'il manquera une fois les dialogues coupés (les effets des directs qui jouent en même temps que la voix).
Il est donc au moins en partie muté pour le mix master, et réactivé pour le mix VI.

Une autre façon de fonctionner plus présente aujourd'hui avec les iZotope et compagnie, surtout quand il y a beaucoup de post-synchro, c'est d'extraire des directs l'intégralité des effets qui peuvent l'être pour en faire un STEM de VI, de nettoyer les directs restants de tout effet, et de recréer ce qui doit l'être.
A ce moment là le stem VI joue pendant le mix MASTER.

Il faut aussi prendre en compte les plateformes, et même les chaînes TV classiques.
ARTE demande si je ne me trompe à ce qu'il n'y ai dans la VI aucune parole discernable comme étant dans la langue d'origine (du style ton ambiance où tu entendrais un badaud parler distinctement en français).
Netflix demandent quand à eux d'avoir quelque chose comme 99% de similitude entre la VI et la VO moins les voix, ce qui oblige à beaucoup de nettoyage et de bruitage.

Enfin tout dépend pas mal de ta relation, en tant que mixeur, avec ton/ta monteur.euse son et de vos habitudes de travail.

----

Pour ce qui est de tes exemples, et tenant compte de ce que j'ai dit précédemment :

- Pour le premier exemple, tout ce qui est sans parole sera rebasculé tel quel dans le mix VI. Remarque pour te donner un exemple, dans les séries américaines, l'espèce de "coupure" que l'on peut sentir des fois entre une scène de dialogue et une scène d'action sans paroles par exemple.
On isolera cependant les respirations dans les directs, évidemment, pour laisser aux comédiens de doublage l'occasion de les refaire, mais souvent c'est squeezé les originaux sont gardés, ça fait gagner du temps et le public s'en rend peut compte.

- Pour le second exemple on reviens à ce que je disais au début, ça dépend de plein de paramètres, de la qualité du montage son, de ton rapport et de ta relation au bruitage, et de la destination du mix.
Et il ne faut pas oublier que nos collègues bruiteurs ont souvent très peu de temps devant eux, et même si ce sont de véritables virtuoses (je suis toujours fasciné par la quantité de bruitages qui peuvent être réalisés en très peu de temps), ils ont déjà à ajouter beaucoup de "vie" à la bande son, ils ne peuvent virtuellement pas "tout rebruiter", ou alors ça se négocie avec la prod (ouille) !

Rod.
Avatar de l’utilisateur
Mageff
-20 VU
-20 VU
Messages : 54
Inscription : 17 déc. 2012, 11:58
Localisation : Paris

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par Mageff »

Hello Rod,

Merci beaucoup pour ta réponse vraiment complète ! J'y vois un peu plus clair et ça me conforte dans ma manière de penser les sons.

- Pour le premier exemple, tout ce qui est sans parole sera rebasculé tel quel dans le mix VI. Remarque pour te donner un exemple, dans les séries américaines, l'espèce de "coupure" que l'on peut sentir des fois entre une scène de dialogue et une scène d'action sans paroles par exemple.
On isolera cependant les respirations dans les directs, évidemment, pour laisser aux comédiens de doublage l'occasion de les refaire, mais souvent c'est squeezé les originaux sont gardés, ça fait gagner du temps et le public s'en rend peut compte.

Si je comprends bien, on a donc 2 groupes distincts dans nos pistes directs. Un premier groupe sans aucun dialogue ou référence à une langue quelconque, que l'on enverra dans la VI, et un deuxième groupe avec tous les dialogues, qui ne partira que dans le mix MASTER. Dans ce cas, il faut combler les trous des dialogues j'imagine... Et bien nettoyer tout les dialogues.
Et si j'ai bon, ce doit être la façon de bosser à la Netflix par exemple (les 99% dont tu parlais).
Ce qui me parait vraiment bien dans cette approche c'est qu'en fonction de la langue, la VI est identique, même sur la VO (C'est étrange ce que je viens de dire mais je pense que vous comprenez l'idée). Ce qui permet de garder toutes les intentions faites au montage son et au mix (autre que le jeu forcément).

Mais dans ce cas, comment sont répartis les sons sur les stems D/M/E ? Les pistes sans les dialogues sont regroupées avec les bruitages dans les Effets ? et il ne restent plus que les petits bout de dialogues dans les Directs ?

- Pour le second exemple on reviens à ce que je disais au début, ça dépend de plein de paramètres, de la qualité du montage son, de ton rapport et de ta relation au bruitage, et de la destination du mix.
Et il ne faut pas oublier que nos collègues bruiteurs ont souvent très peu de temps devant eux, et même si ce sont de véritables virtuoses (je suis toujours fasciné par la quantité de bruitages qui peuvent être réalisés en très peu de temps), ils ont déjà à ajouter beaucoup de "vie" à la bande son, ils ne peuvent virtuellement pas "tout rebruiter", ou alors ça se négocie avec la prod (ouille) !

Ici, on mixe donc aussi une partie des directs dans la VI ? Si je comprends bien, la VI n'est donc pas du tout la somme des stems Musique et Effets... C'est peut-être ce que je n'avais pas complètement compris.

Remarque pour te donner un exemple, dans les séries américaines, l'espèce de "coupure" que l'on peut sentir des fois entre une scène de dialogue et une scène d'action sans paroles par exemple.

Ah, ils gardent les directs sans parole ? J'avais plutôt l'impression qu'ils gardaient que les dialogues justement et qu'ils refaisaient tout le reste en bruitage et sfx. D'où l'espèce de coupure...

Mais au final, je me pose la question de savoir jusqu'à maintenant (et l'arrivée des plateforme style Netflix qui nous bousculent un peu avec leur 99%), quel était vraiment le pourcentage de VO dans une VI à l'usage ? Car même si 1 journée était prévu pour "remixer" la VI, tu fais pas grand chose en 1 journée...

PS : Pas facile d'écrire ses réflexions sur un forum. Ce sujet serait parfait autour d'une bière :lol:
Avatar de l’utilisateur
ant_1
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 407
Inscription : 15 avr. 2014, 18:41
Localisation : Neufvilles - Belgique

Re: Montage des directs, PFX & V.I.

Message non lu par ant_1 »

Ici, on mixe donc aussi une partie des directs dans la VI ? Si je comprends bien, la VI n'est donc pas du tout la somme des stems Musique et Effets... C'est peut-être ce que je n'avais pas complètement compris.
Pour rendre les choses plus claires, je ne parle pas de directs au mixage. Les directs, c'est une "source" composée de voix et de sons qui l'entourent. Une fois que les directs sont montés, on a d'un côté les dialogues, que les dialogues, et de l'autre, les effets ou ambiances extraites des directs et qui sont placés sur mes pistes effets et ambiances.

Au final donc, la VI c'est bien du M&E (puisque les portions des directs non-dialoguées intéressantes sont déjà dans la stem E)

Concernant ce qu'on garde des directs alors qu'il y a un bruitage, je dirais que ça dépend principalement comme le dit Rhodes du temps de bruitage. Mais en fait on est fort tributaires de la qualité des sons enregistrés sur le plateau. C'est rarement beau, bien défini, isolé du bruit de fond, avec la bonne présence sonore, le bon plan sonore etc (et je ne le reproche évidement pas aux preneurs de son plateau, je préfère qu'ils se focalisent sur l'enregistrement des voix le meilleur possible et des sons seuls intelligemment dirigés et enregistrés).
Au final ça dépend aussi pas mal du bruiteur et de nous (et de la thune que la prod veut bien lâcher, encore une fois) : veut-on que le bruitage soit un complément, un renfort, ou alors le bruitage refait tout et plus ?

Personnellement, j'ai toujours une préférence pour un bruitage hyper complet et une logique où on enlève quasi tous les sons des directs autres que le dialogue (à moins qu'ils soient vraiment super, mais en général je suis rarement satisfait).
A voir aussi, dans certains cas, une superposition sons directs bien enregistrés et joli bruitage peuvent cohabiter et se lient bien.
Répondre