Chinoiseries

Les microphones et leurs accessoires.
Avatar de l’utilisateur
Chewby
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 175
Inscription : 04 févr. 2011, 12:51
Localisation : Paris

Chinoiseries

Message non lu par Chewby » 04 mai 2014, 11:53

Bonjour,

je me demandais si certains d'entre vous avez testé les micro chinois type Superlux ?

pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une marque Taïwanaise qui fait des micros "low coast"...
jusque là rien de très intéressant mais on trouve à leur catalogue le S502, copie conforme du Schoeps MSTC 64 mais à un dixième du prix.
http://www.superlux.com.tw/productInfo. ... re_zone_li

Certains ont même fait des modification en changeant quelques composants pour améliorer les transitoires... bref ça pourrait être un très bon micro pour un étudiant ou un monteur son débutant qui voudrai se lancer dans la création de sa sonothèque non? évidement il faut tout de même lui mettre au minimum (je pense) un SD mixPre pour pouvoir bien l'utiliser.

Bref des avis?

Avatar de l’utilisateur
Labroue
0 VU
0 VU
Messages : 1241
Inscription : 29 déc. 2007, 14:42
Localisation : Paris
Contact :

Re: chinoiseries

Message non lu par Labroue » 04 mai 2014, 14:52

Bonjour,

j'ai ici un Superlux S502 et j'en suis pleinement satisfait (acheté vers l'année 2010 chez Thomann) : utilsé par la musique d'ambiance, les bruitages et entretiens radiophoniques. Certaines séries ont posé quelques problèmes techniques (crachotement et bruit de fond gênant), d'autres sont parfaites.

Je le garde avec soin, car il me rend beaucoup de service, et le son est de qualité. On peut faire de très belles choses avec des modestes moyens. Après il faut apprendre à l'utiliser, car un couple AB-ORTF nécessite certains automatisme peu évidents; c'est certainement le couple de microphone le plus difficile à utiliser, car on est toujours à la limite des possibilités. Une fois l'équilibre trouvé, le résultat est superbe.

Maintenant si vous désirez la sonorité de Schoeps, il vous faut un MSTC54 ou MSTC64; c'est bien aussi...

Bien amicalement

Avatar de l’utilisateur
vinc
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 751
Inscription : 31 mars 2008, 22:15
Contact :

Re: chinoiseries

Message non lu par vinc » 04 mai 2014, 15:26

On a vu celui de Philippe lors de ses enregistrements...
Pour rappel ce ne sont que deux cardioïdes avec un angle et une distance entre eux qu'on ne peut pas changer : utile parfois mais bien souvent une sacré contrainte pour qui souhaite maitriser la construction de l'image sonore.
Philipe a bien raison de préciser :" il faut apprendre à l'utiliser, car un couple AB-ORTF nécessite certains automatismes peu évidents".
Vincent M.
Le plus petit émetteur du monde ? : http://leblogsonore.com

Avatar de l’utilisateur
TechArtist
-20 VU
-20 VU
Messages : 5
Inscription : 29 sept. 2013, 12:28

Re: Chinoiseries

Message non lu par TechArtist » 06 mai 2014, 13:26

J'ai utilisé ce micro Superlux sur de la captation de pièces de théâtre et il s'en sort pas mal. Bonne dynamique et souffle relativement réduit.

Avatar de l’utilisateur
Chewby
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 175
Inscription : 04 févr. 2011, 12:51
Localisation : Paris

Re: Chinoiseries

Message non lu par Chewby » 06 mai 2014, 18:29

merci pour vos avis !

à voir mais je me laisserai peut être tenté par un de ces micro pour certaines prises d'ambiances

Avatar de l’utilisateur
colors
-2 VU
-2 VU
Messages : 702
Inscription : 16 août 2004, 00:39
Contact :

Re: chinoiseries

Message non lu par colors » 26 juil. 2015, 22:11

Labroue a écrit :un couple AB-ORTF nécessite certains automatisme peu évidents; c'est certainement le couple de microphone le plus difficile à utiliser, car on est toujours à la limite des possibilités.
bonsoir,
voudriez-vous développer un peu quels sont ces automatismes ?
merci par avance

Avatar de l’utilisateur
Labroue
0 VU
0 VU
Messages : 1241
Inscription : 29 déc. 2007, 14:42
Localisation : Paris
Contact :

Re: Chinoiseries

Message non lu par Labroue » 28 juil. 2015, 11:21

Bonjour,

les chemins de developpement que l'on pourrait emprunter sont les suivants :

- l'angle physique des axes des capsules étant elevé (110°), nous constatons une faiblesse de la reproduction des hautes fréquences au centre du couple, surtout pour les sources sonores proches placées à 1 mètre de distance. C'est à 55 degrés d'angle de part et d'autre de l'axe de chaque capsule cardioïde que l'on commence à constater une distorsion de sensibilitè aux hautes fréquences. Les capsules Schoeps MK4 se comportent mieux que les autres sur ce point. Lorsque les capsules ne sont pas exactement appairées, la visée centrale faite à l'écoute, en fermant les yeux ne se trouve pas exactement sur l'axe central du couple, surtout si on prend comme référence sonore des sons aigus ou des transitoires. Il m'est arrivé de constater un décalage spaciale entre la note tenue et les transistorises provenant du même endroit, avec un couple AB-ORTF approximatif.

- la sur brillance de la proximité des sources latérales doit conduire à ne pas trop rapprocher le microphone de ces dernières, au risque qu'elles deviennent gênantes.

C'est pour cela qu'il est hors de question de dépasser un angle utile de captation stéréophonique de 90°. Il n'y a pas qu'un unique défaut de tassement latéral qui apparaît, comme avec le couple allemand DIN (20cm-90°), il y a cette sur brillance qui entraîne un irréalisme sonore, voir des problèmes de phase que le cerveau a du mal à interpréter comme un message stéréophonique.

- dernier point que l'on pourrait développer est la perception exagérée du champs diffus, en salle évidemment. Trop proche de l'orchestre, nous sommes creusés au milieu, excédant l'angle utile stéréophonique de 90°, trop loin il y a manifestement un excès de champs diffus qui conduit systématiquement à utiliser des microphones d'appoint, alors qu'on pourrait peut-être sans passer.

Notons aussi que la règle de 5 fois minimum la distance des capsules (17cm) entre la source sonore et le couple est encore plus vrai, dans la mesure oú l'angle physique est fort (110°).

Tous ces points qu'il conviendrait de développer avec moins de hâte, conduit à une méfiance particulière, quand sur le terrain, en reportage, un couple AB-ORTf a été choisi. Celui qui le maîtrise parfaitement peut en tirer un résultat merveilleux. Ses limites de positionnement sont vite comprises par l'écoute des rushs.

Un point très positif du couple AB-ORTF est la compatibilité monophonique jusqu'à 5000 Hz sans filtre en peigne parasite. Il a été conçu en tenant compte de l'objectif d'être compatible avec la diffusion radioélectrique hertzienne AM (GO-PO-OC) dont la bande passante s'étale de 120 à 4500 Hz.

J'ai été bien succinct, ce ne sont que des entrees de sentier pour un developpement plus approfondie.

Bien amicalement

Avatar de l’utilisateur
colors
-2 VU
-2 VU
Messages : 702
Inscription : 16 août 2004, 00:39
Contact :

Re: Chinoiseries

Message non lu par colors » 28 juil. 2015, 12:11

Succinct peut-être, mais très précis et concret.
Ecoutant beaucoup de musique captée directement par 2 micros, je pense avoir déjà remarqué cette instabilité entre les transitoires et les tenues, tout de même curieux sur des disques, maintenant que j'ai cette piste, j'y penserai aux prochaines écoutes. Il arrive aussi qu'une note tenue bouge légèrement, le violoniste qui pivote sur son axe, ... que c'est sensible tout cela.
La question des surbrillances m'a bien éclairée, sans jeu de mot, alors celle du creux central m'avais déjà interpellée, aussi, vais-je plus sagement opter pour une paire de micros individuels et 2 perches, ce qui laissent ouvertes bien plus de possibilités.

Encore merci !

Avatar de l’utilisateur
colors
-2 VU
-2 VU
Messages : 702
Inscription : 16 août 2004, 00:39
Contact :

Re: Chinoiseries

Message non lu par colors » 06 août 2015, 01:54

bonsoir
je bute sur une question étonnante :
je dispose d'un electret LEM 4535 (alimenté par pile 1,5 V)
et j'envisage un second micro, avec figure en 8, pour du M/S
ces micros sont des statiques, nécessitant une alim 48V (ou des rubans, mais bon)
Or les interfaces USB ne permettent pas de sélectionner la voie à alimenter (l'Audiobox USB Presonus en ce qui me concerne)
Suis-je donc seul à envisager ce montage de micros pour qu'aucun fabricant ne propose du 48 V individuellement par voie ?

Auriez-vous une solution si je pense garder le LEM ?
merci

Avatar de l’utilisateur
Labroue
0 VU
0 VU
Messages : 1241
Inscription : 29 déc. 2007, 14:42
Localisation : Paris
Contact :

Re: Chinoiseries

Message non lu par Labroue » 06 août 2015, 10:58

Bonjour,

ce sont des cartes son trés simples, pour lesquels le manque de place entraîne une diminution des options.

Peu importe, si le câblage est absolument sûr, il m'arrive de laisser le 48Volts phantom sur les microphones dynamiques.

Quant au très connu, LEM 4535 (microphone à Electret intéressant) peut-il lui aussi être alimenté en 48Volts Phanton ? Je crois, il faut vérifier sur la notice. En tout cas, ne vous en séparez pas, ça serait dommage. Il incarne le son d'une époque auquelle LEM cherchait à se rattacher pour évoluer : une bonne influence japonaise dans nos oreilles, au cœur et à la racine de l'esthétique de production des années 80, tout comme avec les microphones recherchés Nakamichi.

Bien amicalement

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Amot, Google [Bot] et 26 invités