Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Discussions à propos de l'acoustique, l'isolation, la correction, etc.
Sylco
-20 VU
-20 VU
Messages : 3
Inscription : 09 nov. 2015, 16:46
Localisation : Chambéry

Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Sylco » 09 nov. 2015, 21:38

Bonjour à tous,

Je cherche de l'aide dans un projet de "création" d'instrument. Je mets création entre guillemets car l'instrument en lui-même existe déjà, il s'agit simplement d'une demi calebasse de 45cm de diamètre, frappée avec les poings ou les mains. Cet instrument est très intéressant pour ses basses, jouées, avec les poings, c'est très dynamique et ça peut sortir de très basses fréquences. Vous pouvez voir et entendre une démo ici : https://www.youtube.com/watch?v=521jAvwYAME
Alors vu comme ça, ça a l'air simple, le gars pose la calebasse sur le sol de chez lui et ça sonne... Dans les faits c'est une autre histoire.
C'est pourtant relativement facile à sonoriser, on pose la calebasse sur un coussin ou plusieurs épaisseurs de tissu, un bon micro dedans (genre SM91), éventuellement un micro à l'extérieur pour les sons aigus produits avec les doigts : le son est énorme, à condition bien sûr d'avoir un ou des caissons de basses.
Mais le rendu acoustique de l'instrument est très aléatoire. Selon le lieu dans lequel on joue, on peut avoir un son énorme ou alors presque pas de basse, juste un son un peu sec.
Mon but est de créer une sorte de caisse de résonance pour l'instrument afin d'avoir un rendu acoustique plus stable, moins dépendant du lieu, en optimisant bien sûr les basses fréquences pour révéler la richesse de l'instrument.

Voici les tests que j'ai faits pour y voir plus clair :
- calebasse posée sur mon canapé dans mon salon (25m², parquet au sol) : le son est énorme
- coussin du même canapé (gros coussin en mousse d'environ 70cmx40cmx15cm) posé sur le carrelage dans mon grand couloir (7m x1,60m) : très bon son
- calebasse posée sur un grand tissu épais plié plein de fois, tout ça sur le carrelage du couloir : le son est énorme
- calebasse posée sur un disque de mousse de 50cm de diamètre, 12cm d'épais, posé au sol dans le salon ou dans mon couloir : le son est moyen.
- les mêmes support (coussins ou tissus) dans ma chambre de 14m² avec parquet au sol donnent des résulta nettement moins bon.
- j'ai bricolé un support à partir d'un pouf rond en bois, mousse et tissu de 53cm de diamètre par 30cm de haut environ, deux disques de mousse de 12cm de haut à l'intérieur, la calebasse posée sur la mousse : le son est moyen


Il faudrait d'autre tests, mais voici déjà mes questions :

- Selon vous qu'est-ce qui influe le plus sur le son : le support (tissus, mousse...), la pièce (ça semble déterminant hélas), la rigidité du support ?
- Est-qu'il vous semble possible d'optimiser les basses avec une caisse de résonance cylindrique de 55cm de diamètre par 40cm de haut maxi ? De quelle manière ?
- C'est peut-être con, mais est-ce qu'on ne pourrait pas comparer ce projet avec un gros caisson de basse, et donc est-ce qu'on peut l'imaginer avec un évent pour en faire un système bass-reflex accordé pile sur la bonne fréquence (environ 40 ou 50 hz d'après un rapide enregistrement effectué chez moi) ?

Merci d'avance pour toutes vos remarques, voire vos réponses.

Désolé d'avoir été long, mais je ne vois pas comment exposer le problème plus rapidement

wf
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 1024
Inscription : 18 mai 2007, 18:04

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par wf » 10 nov. 2015, 07:13

Bonjour,
Peut-être que la calebasse, tout comme les steel bands,
ce sont des instrument fait pour être joués en plein air ?

Jan
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 604
Inscription : 01 avr. 2009, 18:43

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Jan » 10 nov. 2015, 09:47

Les dimensions de la pièce est certainement une donnée déterminante vues les fréquences mises en oeuvre. A ce propos, lorsque cela sonne bien, c'est probablement la pièce qui apporte le plus de gain (room gain en l'occurence). Et du coup, je ne pense pas que ce soit bon à l'extérieur.
J'ai bien peur que tu sois arrivé au bout de l'expérience, ou presque. Tu as semble-t'il trouvé un bon système de couplage avec le sol, et pour le reste, la pièce, tu n'en a pas forcément la maîtrise. Aller plus loin suppose que tu modifies l'instrument, mais il va falloir passer du temps à expérimenter. Le bass reflex est une piste, mais attention, le résultat risque d'être assez monotone. Un peu à la manière de ce qu'on ressent lors de certains concerts amplifiés, quand le grave a l'air de jouer à part et toujours la même note.
"i am not young enough to know everything" Oscar Wilde

wf
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 1024
Inscription : 18 mai 2007, 18:04

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par wf » 10 nov. 2015, 12:49

À qui ça sert de chercher à enregistrer des basses fréquences qui ne seront pas reproductibles ?
J'ai enregistré plusieurs albums de steel bands en studio, c'était un casse-tête
J'ai aussi enregistré un album de steel band en plein air à Grenade (West Indies)
Ça été un régal 8)

Jan
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 604
Inscription : 01 avr. 2009, 18:43

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Jan » 10 nov. 2015, 15:13

40 à 50 Hz, pas reproductible ? #-o
"i am not young enough to know everything" Oscar Wilde

Sylco
-20 VU
-20 VU
Messages : 3
Inscription : 09 nov. 2015, 16:46
Localisation : Chambéry

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Sylco » 10 nov. 2015, 17:18

J'ajouterai que le but n'est pas d'enregistrer ces basses fréquences (chose plutôt facile à faire comme je l'ai expliqué) mais d'optimiser leur rendu acoustique, donc sans amplification électrique.

Merci en tout cas pour vos réponses, un test à l'extérieur serait intéressant en tout cas.

@Jan :
Le bass reflex est une piste, mais attention, le résultat risque d'être assez monotone. Un peu à la manière de ce qu'on ressent lors de certains concerts amplifiés, quand le grave a l'air de jouer à part et toujours la même note.
Je comprends pas trop ce que tu veux dire par monotone, car étant un instrument à percussion, le grave est par nature monotone, au sens ou il ne produit qu'une seul note, on ne peux pas faire varier la hauteur de cette note. Tant que la puissance est là, je pense que se serait gagné. En fait la caisse de résonance ne serait là que pour apporter une sorte de sustain dans le très grave, l'attaque du son est bien présente dans toutes les configurations testées.
Je vais essayer de creuser mon histoire de bass reflex car c'est un peu ma seule piste pour l'instant.

Jan
Donateur en Bronze
Donateur en Bronze
Messages : 604
Inscription : 01 avr. 2009, 18:43

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Jan » 10 nov. 2015, 18:49

En fait tu as bien compris ce que je voulais dire, mais comme je ne suis pas un expert en calebasse, je ne savais pas à quel point le grave était naturellement monotone :D
"i am not young enough to know everything" Oscar Wilde

Avatar de l’utilisateur
Labroue
0 VU
0 VU
Messages : 1241
Inscription : 29 déc. 2007, 14:42
Localisation : Paris
Contact :

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Labroue » 11 nov. 2015, 13:41

Bonjour,

c'est un sujet qui sort souvent en période d'Halloween...

Ce que je retiens de mon expérience avec les cucurbitacées, c'est l'influence des conditions de culture : la calebasse cultivée sous serre conviendra mieux pour un enregistrement en studio, et celle qui a grandit naturellement en champs, pour le pleine air car imprécise. Il y a 4 ans, la foire aux gourdes près de Toulon n'avait apporté tous les renseignements désirés.

Si on arrose trop tôt le fruit, les graves ne sont pas assez amples. Si on arrose trop tard, le séchage risque de déformer l'instrument. Pour les calebasses à peau, une peau de chèvre est préférable. J'y laisse même quelques poils sur sa surface afin d'éviter les harmoniques non-mélodieuses. Prenez une peau bien régulière afin d'obtenir des graves bien tenus non-débordants.

La note grave est loin d'être simple, car son spectre harmonique est bien riche. Et tout va dépendre des conditions de culture, de développement et de séchage du fruit. On peut faire grandir en contrainte le fruit dans un moule, avec un lien pour lui conférer une forme qui sera responsable de l'obtention de quelques harmoniques désirées.

Par expérience, ces instruments de bonne facture s'enregistrent bien, même en studio, assez facilement. Si l'instrument n'a pas été choisi pour être de première qualité, on aura beaucoup de problème dans un lieu fermé où règnent les champs diffus; dans ce dernier cas, l'extérieur est une solution préférable (sans pour autant se déplacer à grenade !).

Choisissez un microphone à pression (omnidirectionnel), car le couplage acoustique n'est pas forcément en basse impédance et donc les microphones à vélocité réagissent bien mal. Trouvez par l'écoute d'une seule oreille l'endroit qui vous convient avant de placer votre microphone omnidirectionnel.

Bien cordialement.

Avatar de l’utilisateur
Greg-caravaggio
L'équipe SDO
L'équipe SDO
Messages : 665
Inscription : 25 févr. 2010, 09:24

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Greg-caravaggio » 11 nov. 2015, 20:05

Labroue a écrit :Si on arrose trop tôt le fruit, les graves ne sont pas assez amples. Si on arrose trop tard, le séchage risque de déformer l'instrument.
décidément, Labroue est expert en tout ! respect !

Avatar de l’utilisateur
Labroue
0 VU
0 VU
Messages : 1241
Inscription : 29 déc. 2007, 14:42
Localisation : Paris
Contact :

Re: Calebasse (l'instrument) et basses fréquences : casse-tête

Message non lu par Labroue » 11 nov. 2015, 20:27

Expert certainement pas. J'ai simplement passé les 20 premières années de ma vie dans la ferme familiale à la campagne, et c'est vrai, je me rappelle à avoir joué à obtenir la plus grosse citrouille de mon village. On s'amusait comme on le pouvait; et si nous poussions trop la technique (excès d'eau au cours des derniers jours), la citrouille éclatait; les autres gourdes étaient pendues aux arbres pour sécher et il fallait obtenir au préalable une peau bien régulière pour que le fruit sec soit joli. Il y a bien longtemps, j'ai même vendu des melons que mon oncle cultivaient sur le marché de Sarlat !

Cette discussion m'a fait penser à cela.

Bien amicalement

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 25 invités